10 jeux auxquels je ne jouerai sûrement pas

ou : 10 raisons de lire un bon bouquin

Mardi 23 octobre 2007, 22h25

Tout à l’heure, je suis tombé sur un article comme ceux qui pullulent sur Digg : “les 10 jeux vidéo pour PC les plus attendus à sortir dans le mois à venir”. Moyennement intéressé, je clique quand même. Grand bien m’en a pris, j’ai trouvé du grain à moudre pour mon blog de technophobe râleur.

Je vous fais une version courte de l’article, avec juste le titre de chaque jeu, un synopsis d’une phrase, et une capture d’écran.

Crysis : nous sommes en 2019, un astéroïde s’écrase sur terre et les grandes puissances du mondent veulent mettre la main dessus à tout prix.

Crysis

Assassin’s Creed : Terre Sainte, en l’an de grâce 1191, un personnage mystérieux du nom d’Altair joue les hommes de ménage parmi les personnalités politiques pour permettre à sa confrérie de bouleverser l’ordre politique de la région.

Assassin's Creed

Ages Of Empires III - The Asian Dynasties : devenez le chef des peuplades japonaise, chinoise et indienne et aidez-les à étendre leur empire !

Ages Of Empires III

Hellgate : London dans un monde dévasté par l’invasion d’un démon semant la désolation de par ses flammes infernales, l’humanité a dû se réfugier dans les sous-sols pour survivre.

Hellgate

Call Of Duty 4 : équipez-vous d’armes plus sophistiquées les unes que les autres pour aller tuer des méchants terroristes aux quatre coins du monde !

Call Of Duty 4

Empire Earth III : entrez dans la peau d’un dieu sanguinaire, bourrez le mou de vos adeptes et lancez-vous à la conquête de la Terre !

Empire Earth III

Gears of War : un jeu d’action-survie-tactique-horreur où l’humanité a pris les armes pour se battre contre la horde des Locustes, une race de créatures cauchemardesques provenant des tréfonds de la Terre.

Gears of War

Guitar Hero III : faites hurler les fans et péter les ventes de disques en jouant comme un dieu de votre guitare au cours du plus grand concert de rock de tous les temps !

Guitar Hero III

BlackSite Area 51 : des ennemis de race non-identifiées envahissent le Nevada et c’est à un vétéran de l’armée américaine que le gouvernement confie un escadron de soldats spécialement entraînés pour résoudre le problème.

BlackSite Area 51

Unreal Tournament III : Des arènes, des joueurs, des armes et un moteur 3D que tout le monde piaffe d’impatience de voir à l’oeuvre.

Unreal Tournament III

Pouf, pouf.

Sérieusement, à une exception près dans cette liste (facile à trouver, hein !), on ne peut qu’être atterré devant une telle liste. Et ce n’est pas de violence graphique que je veux parler ici, mais de violence morale, c’est-à-dire du fait que tous ces jeux ne soient que des invitations à détruire et tuer.

Quelque part, je me demande si le jeu vidéo n’est pas le “dark side” de l’informatique. Alors que les ordinateurs et leurs logiciels mettent le processus de création toujours plus à la portée de l’utilisateur moyen, les jeux vidéo, pour leur part, s’orientent de plus en plus massivement vers la guerre et la destruction. Et compte tenu du réalisme des situations, j’ai du mal à croire que les personnes comme celle qui a dressé cette liste soient vraiment à même de prendre du recul devant ce à quoi ils jouent.

Aujourd’hui, le jeu vidéo tend à ne former plus que deux camps : d’un côté les jeux “matures” comme ceux présentés ici ainsi que les éternels jeux de course, que Microsoft et Sony cherchent à tout prix à incarner. De l’autre, on trouve les jeux “gamins”, avec des ciels bleus, des personnages rigolos et des musiques débiles, qu’on associe souvent à Nintendo. Et les jeux fins et créatifs, où sont-ils donc passés ?

Monde de merde.

6 commentaires pour “10 jeux auxquels je ne jouerai sûrement pas”

  1. Gauthier Australia dit :

    Je suis pas tout a fait d’accord avec toi, les jeux ne s’orientent pas plus qu’avant vers la destruction et la guerre. Pour rappel le premier FPS nous mettais dans la peau d’un gentil americain tuant des nazis. Ici on ne voit que des FPS, et dans ce type de jeu on ne va pas envoyer des fleurs sur des gentils animaux, il faut des flingues et des cibles mouvantes ! Par contre ce dont l’article que tu cites ne parle pas c’est un jeu comme Bioshock, on le cote FPS est agremente d’une partie aventure, un peu comme Half-life en son temps avec certaines parties plus enigme que moi-vois-moi-tue.
    Dans tous les cas je ne joue plus a ce genre de jeux, ma nintendo DS me suffit bien !

    >> L’objet de cette note n’était pas de dénoncer l’existence des jeux de destruction et de violence. J’y ai moi-même joué, aux Wolfenstein, Doom, Duke Nukem, GTA et même à Rampage. Mais en leur temps, ces jeux constituaient une catégorie parmi tant d’autres ; les gens savaient voir plus loin que cette catégorie et ne rechignaient pas à varier les plaisirs.

  2. Nenyx France dit :

    Y’avait aussi Rise of the Triad dans le genre, à cette même époque. Mon préféré dans ce genre était Outlaw.

    Allez, pour me la jouer “vieux con raleur”. A l’époque, y’avait toute la série des jeux d’aventures/réflexion, avec (liste non exhaustive) Simon le Sorcier (paraît que le IV va sortir tiens), Legend of Kyrandia, Day of the Tentacle, Secret of Monkey Island … Beaucoup de richesse aussi côté rpg/dongeon (eye of the beholder, lands of lore, ishar …). Egalement côté rpgs style console (final fantasy 1-6, chrono trigger, secret of mana/seiken densetsu 3, et j’en passe parce qu’on a pas fini …). Pas mal de jeux de plate formes, genre qui ont presque disparus avec la 3D (pour en citer quelques uns un peu oubliés: Jazz Jackrabbit, Trolls, Prehistorik, et d’autres jeux signés Titus comme Les aventures de Moktar).

    Je pense personnellement que c’est la course à la puissance, qui rend la création de jeux vidéos chers et longs, qui fait qu’on est peu à peu privé d’originalité. Des jeux novateurs et originaux comme Another World, Flashback, Prince of Persia, ont été fait pratiquement par une seule ou deux personnes. Maintenant, il faut toute une équipe sur des mois, et les joueurs attendent avant tout de belles images, sans quoi ils n’essayeront même pas le jeu (combien de fois j’ai entendu dire que la wii était pauvre en graphismes - ce qui est d’ailleurs faux - et que du coup on avait pas envie ne serais ce que d’essayer les jeux). Du coup, les investisseurs préfèrent sans doute assurer sur un style bien connu et qui rapporte (FPS et MMORPG essentiellement), ou continuer des séries réputées (et tant pis si elles s’affaiblissent, pour le malheur de ceux qui ont connu les premiers titres). Quelque part, ils ne sont pas les seuls en cause, les joueurs et leurs exigeances graphiques y sont pour quelque chose aussi.

  3. Tût-tûûût France dit :

    Je suis plutôt déçue aussi devant cette course à la puissance qui tend à ne donner que des jeux hyper-réalistes, violents et franchement peu originaux (pour ne pas dire nases, parce que si je ne me retenais pas, je le dirais, HA). Même dans un superbe décor, une guerre reste une guerre et ça ne me plaît pas. La wii et la DS, bien que moins puissantes, ont un potentiel funotique largement plus élevé pour moi…

    Ceci dit, c’est pas grave. Qui n’achète pas ces jeux-là gagne du temps pour jouer à la wii et lire la trilogie de la croisée des mondes.

  4. Hellkeeper France dit :

    Ces jeux, j’y jouerais, à commencer par Gears Of War et UT3, mais je te rejoins sur un point : au niveau jeux, le choix se réduit globalement à trois grandes classes : les jeux de tirs (le plus souvent avec une débauche de tripaille éxagérée, même si ce n’est pas pour me déplaire), les jeux de courses et de sports (je n’y trouve pa smon compte, mais certains y arrivent), et les jeux édulcorés. A tel point que mon premier jeu de tir (Half Life, en 1999, la belle époque que voila), est venu juste après que j’ai fini un de ces jeux pour enfant que les associations anti-violence voient comme el futur du jeu PC.
    Pour faire pas mal de level design sous le moteur d’Unreal, je peu dire qu’effectivement, le temps de création s’allonge à chaque étape : sous les premier unreals, un gros niveau de bonne qualité demandais plusieur semaines, aujourd’hui cela se chifre en mois. Mon premier niveau jouable finis est passé par quarante deux versions successives. Pour les équipes qui dévellopent le moteur et le jeu, cela prend un temps incroyable avec des montants en millions d’euros et de dollars. Forcément, les éditeurs investissent dans des franchises sures et ayant fait leurs preuves.

    Je suis moi même éccédé par ce principe qui fait qu’en faite, on ninvestit que dans des jeux au concept usé jusqu’à la corde : BioShock en est un bon exemple : on acrié au génie devant les pouvoirs magiques (ce qui a toujours existé dans les jeux vidéos depuis les premiers ages de la 3d), devant la possibilité d’utiliser les machine interactives (choses qui datent d’au moisn Deus Ex en 1998, plus récemment dans DOOM3 et qui dans Bioshock se retrouve réduit à un mini-jeu relativement stupide). En bref, pour faire croire à l’originalité, on truffe des concepts surexploités de petites idées sans intérèt. Le pire, c’est queles gens y croient. Tout ce qu’il reste au final pour faire la vraie différence, c’est la puissance graphique. Et là, les jeux de shoot on toujours eu une longueur d’avance, c’est pas demain que ca changeras. Moi qui aime quand ca défouraille et qui suis très porté sur le moteur Unreal, ca ne me déplait pas (syrtout que l’Unreal Engine tient le haut du pavé), mais il faut reconnaitre que ce UT3, par rapport au premiers opus sorti en 1999, n’apporte pas grand chose de nouveau à part la puissance graphique (il se contente surtout de corriger pas mal d’erreurs des versions intermédiaires du jeu).

  5. Lili spirit France dit :

    Oh! Day of the tentacle… nostalgie !

  6. jean France dit :

    je te suis sur le plan philosophique mais peut être devrait tu t’attarder un peu plus sur certains jeu (qui ne sont pas uniquement violents) tels les “age of empires” et les “empire earth”

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.