18 mai : Nikko, la ville sanctuaire

Une fête célébrée par un festival

Mardi 18 mai 2010, 14h34


View Larger Map

Après la rapide mise en bouche d’hier, il était temps de passer aux choses sérieuses. Et comme, contrairement à celle de demain, la météo d’aujourd’hui promettait d’être belle, nous avons décidé d’aller vister la ville de Nikko, et plus particulièrement le Nikko Tosho-Gu, sanctuaire Shintoïste le plus renommé du Japon.

Le village de Nikko fut fondé en 766 par le moine bouddhiste Shodo Shonin. Des siècles plus tard, ce fut cette ville que le premier shogun du clan des Tokugawa, Iieyasu de son prénom, choisit pour que soit érigé son Mausolée. Afin d’en faire un centre religieux de premier ordre et de servir sa gloire personnelle et celle de sa famille, il y fit construire tout un ensemble de temples à la gloire de Shinto.

Située à 140km au nord de Tokyo, Nikko se trouve au pied des montagnes, au milieu de forêts de cryptomerias, de cèdres et de pins du parc national de Nikkō. On y accède généralement en prenant le Shinkansen de Tokyo à Utsunomiya, puis par une ligne de train dont le terminus est précisément Nikko.

En plus d’un temps clair et agréable, nous avons eu la chance de visiter le site précisément le jour du Hyakumono-Zoroe Sennin Gyoretsu, un festival annuel au cours duquel a lieu un défilé comptant un millier d’hommes en costumes traditionnels de l’ère Sengoku ainsi que plusieurs Mikoshi (des temples minatures transportés à dos d’homme). Un très impressionnant spectacle, qui renforçait considérablement la solennité de cet endroit déjà particulièrement riche culturellement et spirituellement.

Certains temples sont visitables, mais ils restent rares et les photos y sont interdites. On peut également, en cherchant un peu, trouver un petit musée autour duquel se trouve Kouyouen, un grand jardin traditionnel particulièrement joli et tranquille.

En conclusion, Nikko est véritablement une ville dans laquelle tout visiteur du Japon à la recherche d’authenticité se doit de visiter. Ce n’est pas pour rien que ce sanctuaire est inscrit au patrimoine mondiale de l’UNESCO depuis 1998 ! Il ne faut pas hésiter à y consacrer une journée si on loge à Tokyo, l’aller-retour demandant 3 bonnes heures.

Sur ce, rendez-vous demain pour une petite visite de quelques quartiers de Tokyo. Place aux photos de Nikko !

Un commentaire pour “18 mai : Nikko, la ville sanctuaire”

  1. Nenyx United Kingdom dit :

    Les photos de végétation et d’eau sont particulièrement belles !

    Ce doit être impressionnant d’observer ce défilé dans un lieu pareil. Une sorte de voyage dans le temps ?

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.