Archive pour 27 février 2005

Synthéhamster

Dimanche 27 février 2005

Salut à tous !

Ce blog a pour vocation de vous faire découvrir des événements importants, intéressants ou étonnants de la technologie liée à l’informatique, à l’internet et au multimédia. Il sera la plupart du temps emprunt de ma vision des choses et de mes réactions face à ces éléments d’actualité, car j’estime que c’est aussi le rôle d’un blog même s’il ne parle pas de son créateur directement.

Voilà voilà.

Pour lancer ce blog dans la bonne humeur, je vous propose de découvrir l’expérience pittoresque qu’a été menée par un chercheur universitaire de l’état de New York. Intéressé par l’électronique, les probabilités et la musique, il a cherché un projet qui lui permette de regrouper ces trois domaines pourtant bien différents.
Le résultat ? Une machine à composer de la musique au moyens de hamsters :

Synthé-Hamster

Autant vous prévenir tout de suite, c’est du sérieux.

Alors comment cette chose marche-t-elle ? Comme l’explique le copieux rapport d’étude publié sur le site consacré au projet, l’idée est la suivante :
- observer les liens de probabilité entre les différentes actions des hamsters ;
- observer les liens de probabilité entre les notes de musique de morceaux simples et plaisant à l’oreille humaine ;
- tenter de fusionner ces deux ensembles (c’est à dire, pour les connaisseurs, d’établir un lien de corrélation entre les chaines de Markov correspondant à ces deux observations indépendantes) ;
- fabriquer une dispositif électronique basé sur cette fusion qui recevra divers signaux correspondants aux mouvements des hamsters et les “transcrira” en signaux électriques compréhensibles par un synthétiseur à la norme MIDI (standard de dialogue entre instruments musicaux) ;
- écouter le résultat.

Bon, et alors ce résultat ? Un petit MP3 est disponible. Bon, ce n’est pas de la grande composition, mais ça se laisse écouter.

Bien que ça ne soit pas le but de l’expérience, je ne peux m’empêcher de me dire que ça illustre assez bien le fait que deux choses aussi différentes que les mouvements d’animaux et l’oreille musicale humaine ont une sorte de lien intrinsèque. Un élément de preuve d’un équilibre universel des forces de la nature ?
Peut-être ne sommes-nous pas si éloigné que ça des animaux, finalement ?
Peut-être est-ce là la clé de cette méthode de composition que décrit Laurent Voulzy en disant qu’il “reçoit l’inspiration comme une antenne”…?