Archive pour 28 juin 2005

Brevets logiciels : un exemple concret

Mardi 28 juin 2005

Les brevets logiciels, je sais que j’en parle beaucoup sans réellement expliquer pourquoi ils représentent un risque. Aussi, je vous linke cet article traduit en français, qui a pour origine Richard Stallman, initiateur du GNU et du logiciel libre.

    De l’absurdité des brevets

L’exemple choisi par Stallman est très concret, puisqu’il se base sur notre littérature française : l’auteur a choisi de rebondir sur un faux argument de notre ancien ministre de l’industrie.

J’en recommande vivement la lecture à tous ceux qui ne savent pas quoi penser des brevets logiciels.

Pour rappel, le vote du Parlement Européen aura lieu début juillet prochain. Croisons les doigts pour qu’ils aient gardé toute leur fougue contre les décisions autistes du Conseil et ne subissent pas TROP de lobbying…

La Norvège veut soutenir les standards ouverts

Mardi 28 juin 2005

La norvège jette un pavé dans la mare de la défense des standards ouverts. Dans le cadre d’une profonde restructuration de l’interface électronique entre l’étate et les citoyens, le ministre de la modernisation a annoncé que d’ici fin2006, seuls les formats ouverts seront acceptables dans les communications avec le gouvernement. Les logiciels Open Source sont également déclarés comme soutenus.

Microsoft n’est pas mentionné texto, mais tout à fait sous-entendu par des phrases comme “le tableur que tout le monde utilise” ou “c’est la dernière fois que je présente un plan sur les technologies de l’information sur le net grâce au format Windows Media”. Le message est donc fort : et si Microsoft ne change rien à sa politique d’ouverture quasi-inexistante, il perdra de lui-même le marché du gouvernement, puis des entreprises qui doivent communiquer avec lui.

Voici un nouveau pas dans la direction des systèmes informatiques publics plus transparents et indépendants. Petit à petit, les consciences évoluent, et les gouvernements commencent à se rendre compte de ce qu’ils risquent à soutenir des technologies fermées et opaques, toutes standards qu’elles soient.