Archive pour février 2006

Au même endroit, un an plus tard…

Lundi 27 février 2006

On ne va pas faire un long discours (inutile et fatigant) ou balancer plein de stats (peu flatteuses au demeurant), mais ça fait toujours plaisir de se rendre compte qu’on a toujours la volonté de participer à la construction du net. Et ce malgré la multiplication des création de blogs (mais aussi celle dont on parle moins - leur désaffection) qui peut donner l’impression d’être noyé dans une masse de qualité très inégale… Mais après tout, tel est le web dans sa globalité depuis la fin des années 90.

Le blog à Celeri a aujourd’hui un an. Merci à tous ses lecteurs.

Comment pousser un geek à mettre une cravate

Dimanche 26 février 2006

C’est bien connu, si ça ne tenait qu’à lui, le geek irait au bureau habillé de la même façon qu’il habite chez lui, à savoir en vieux t-shirt, jean usé et baskets trouées. Et même si (hors cas extrêmes) il arrivent globalement à s’habiller de façon correcte pour aller travailler, il reste bien difficile de l’inciter à porter la cravate.

Cette cravate-là a-t-elle été créée pour inverser la tendance ?

Cravate MP3 !

Eh oui, comme le montre la photo, cette cravate est équipée d’une petite poche à l’arrière destinée à accueillir un lecteur MP3, du gabarit de l’iPod Nano d’Apple. Le geek étant souvent du genre à aimer écouter de la musique en travaillant (c’est moins rébarbatif que les collègues discutant toute la journée de boulot, de RTT, de bagnoles et de gosses), voilà peut-être une bonne façon de les habituer à cet ornement absolument indispensable (!) qu’est la cravate.

A noter que, comme tout accessoire de geek qui se respecte, son prix est assez élévé : 95$ environ. Mais si c’est le patron qui exige le port de cravate, elle peut peut-être passer sur note de frais ?

Guillermito perd en appel

Samedi 25 février 2006

Les gens courageux qui lisaient ma chronique et qui lisent aujourd’hui cette note (si si, ça doit bien exister, allez on y croit) se souviennent probablement de Guillermito et de l’affaire qui l’oppose à la société Tegam, ou plutôt ce qu’il en reste après sa liquidation judiciaire.

Ma chronique du 22 mai 2005 résume l’affaire et son jugement de première instance. Mardi dernier, la cour d’appel a confirmé le verdict. Arguant qu’on n’a pas le droit de décompiler un logiciel à d’autres fins que celles d’interopérabilité, Tegam est ainsi arrivée à ce qu’elle souhaitait : rendre coupable celui qui a osé démontrer la piètre qualité de son programme. Guillermito est donc définitivement condamné à 5 000 euros avec sursis et à 15 000 de dommages et intérêts.

Les juges français ont décidé que le secret industriel l’emporte sur la démarche d’évaluation complète du produit. Le procureur a d’ailleurs invoqué l’aptitude du marché, donc le consommateur, à juger lui-même la qualité des produits : “j’achète le produit, et s’il est mauvais j’en prends un autre”… Oui mais dans le domaine des anti-virus, comment l’utilisateur non-expert peut-il évaluer la qualité du produit sinon en constatant l’infection de son ordinateur et la perte de ses données ?

Avis aux amateurs, donc : en France, si vous souhaitez montrer qu’un logiciel est mauvais, et même s’il s’agit d’un logiciel dont les défauts mettent en danger l’intégrité de vos données, il faut prendre beaucoup de pincettes. Commencez par acheter le mauvais logiciel (prenez une profonde inspiration et ne regardez pas le prix), et puis cantonnez-vous à de simples tests d’utilisation ne demandant pas d’examiner le fonctionnement interne du programme. Si possible sur un ordinateur à part et, sinon, pensez à bien sauvegarder vos données.

Si l’évaluation d’un médicament se résumait à sa mise sur le marché et au comptage du nombre de patients non-guéris et des victimes d’effets secondaires, vous imaginez le scandale ? Eh bien c’est pourtant comme ça que la justice française envisage les anti-virus pour ordinateur ! Et Guillermito de conclure, sur son site web : “Dormez tranquilles, citoyens, tous vos logiciels sont parfaits.

Pourquoi personne n’a encore droit à la HD

Vendredi 17 février 2006

Le sigle “HDCP” n’est pas parlant à tout le monde. En revanche, “HD” tout court, là ça résonne plus fort. En effet, on nous annonce un peu partout que la “télé HD” est pour dans pas longtemps, la nouvelle génération des disques (à laser bleu) sont pour bientôt, que les prochains lecteurs vidéo sont déjà presque là, etc. Oui mais, petit problème : même avec un matériel haut de gamme acheté aujourd’hui, vous n’y aurez pas accès !

Ah, l’industrie des loisirs multimédia, on peut vraiment dire qu’elle ose tout, y compris quitte à risquer de s’auto-détruire. C’est vrai que jusqu’ici, elle s’en sort plutôt bien : elle a réussi à forcer la plupart des gens à racheter au prix fort leur vidéothèque au format DVD, à vendre 3 euros des chansons d’une minute sur des mobiles, à empêcher les gens d’utiliser leurs acquisitions légales comme ils l’entendent sans qu’ils râlent trop… Le mini-scandale qui se profile à l’horizon est dans la même veine, mais cette fois-ci il pourrait bien faire mal.

Essayons de résumer simplement l’affaire. Pour pouvoir lire la prochaine génération des disques vidéo (BRD de Sony ou HD-DVD de Toshiba, la guerre continue), il ne va pas suffire d’acheter un lecteur et ses galettes comme pour le DVD. Comme les éditeurs sont persuadés que chaque consommateur est un pirate qui passe sa vie à tout copier illégalement entre copain ou via l’internet, ils ont décidé que cette fois-ci, il va falloir revoir toute la “chaine” vidéo : du lecteur de disque à proprement parler à l’écran en passant par la carte électronique d’affichage, les données audio et vidéo seront entièrement numériques et cryptées. C’est là le rôle de la norme HDCP (High-bandwidth Digital Content Protection).

Evidemment, il y aura une incompatibilité entre les nouveaux lecteurs et les anciennes télés. Au mieux, la qualité du rendu sur une télé ordinaire approchera de celle d’un DVD classique. Au pire, ce sera l’image noire. Ceux qui ont acheté leur écran plasma à 3000 euros pour noël apprécieront. Mais l’affaire n’est pas là, non. Ceci est considéré comme “normal” dans le monde de la vidéo. Et les gens, même en bougonnant, finiront par racheter une télé. Au moins avec les écrans, les choses sont claires : les modèles “HDCP ready” se comptent sur le doigt d’une main. Ce qui est en revanche plus pervers, c’est ce qui se passe au niveau des cartes graphiques. Car sur les boîtes où elles sont vendues, beaucoup exhibent un fier “HDCP compliant”. Notez bien la différence de qualificatif, car il change tout.

Dans le monde de l’électronque “ready” signifie “c’est bon, ça marche, vous pouvez l’utiliser”, alors que “compliant” veut dire “le produit est CAPABLE de le faire”. Et plus concrètement, dans le cas des cartes graphiques “HDCP compliant” depuis maintenant presque deux ans, l’électronique nécessaire est effectivement présente, mais il leur manque la puce contenant les clés de décryptage. Et d’après les réponses données à ceux qui ont interrogé les constructeurs, aucune mise à jour n’est à prévoir pour ces cartes, qui continuent donc à se vendre aujourd’hui en faisant croire à une compatibilité HD alors qu’elle est inexistante.

Raison invoquée - en subtance - par ATI et nVidia : “Aujourd’hui la demande explicite pour la compatibilité HD est inexistante, pourquoi donc devrions-nous ajouter une puce de quelques centimes sur nos cartes ?” Eh oui, les constructeurs n’ont pas envie de payer les royalties tant que l’engoûement pour la HD n’est pas suffisant… Le pire, c’est que l’explication est logique et inattaquable. Juste moralement condamnable vis-à-vis de ceux qui n’ont pas fait attention au détail qui tue. Ce n’est donc pas un scandale. Mais j’ai quand même envie de suivre la conclusion de l’article de Ars Technica qui parle du même problème :

Quand on expliquera à tant de gens que leurs équipements ne sauront pas faire ce qu’ils sont censés faire - ce pour quoi ils ont payé - beaucoup n’apprécieront pas du tout. L’industrie des contenus multimédias s’en sortira avec un dommage certain à leur image, celui d’une étiquette “CUPIDE” collée à son front. Et quelques-uns réaliseront qu’il s’agit là d’une incroyable ironie : les contenus HD des studios ne pourront pas être lus sur leur télévision ou sur leur ordinateur alors que les contenus HD réalisés par les pirates le pourront, eux.

Détention provisoire : à vous de juger !

Mardi 14 février 2006

Pas de technocratie dans cette note, qui a pour but de signaler un article extrêmement instructif de la part de Maître Eolas, l’avocat le plus connu de la blogosphère.

En ces temps où le rôle des juges est un peu chahuté, notre vénéré avocat-bloggeur vous invite à vous glisser dans la peau d’un juge des libertés et de la détention. Vous savez, celui qui décide, sur demande du procureur, de l’éventuelle mise en détention provisoire d’un prévenu pendant que l’instruction se poursuit. 4 affaires très vraisemblables (car vécues, apparemment) nous sont ainsi présentées avec force détails ainsi que les arguments du procureur et de l’avocat.

C’est une lecture certes longue pour un exercice non moins difficile, mais qui permet de se rendre compte à quel point la justice ne doit pas être envisagée comme quelque chose d’automatique. Les incertitudes, les facteurs humains et les conséquences envisageables de la décision sont autant de poids dans une balance qui paraîtra forcément déséquilibrée au final (soit on est libre, soit on est incarcéré, avec tous les risques que cela implique).

L’affaire d’Outreau a mis en évidence des disfonctionnements du mécanisme judiciaire, mais la passion qu’elle suscite dans l’opinion a tendance à occulter la difficulté qu’il peut y avoir à rendre justice. Car pour une affaire clairement mal gérée, combien d’erreurs judiciaires suite à une décision “logique” qui, par malheur, n’était pas la bonne ? Qui a la faculté de comprendre la vie et d’évaluer la dangerosité d’une personne, en quelques minutes et en ne se basant que sur un dossier, par nature incomplet ? Et puis n’était-ce pas la même opinion publique qui, il y a à peine quelques années criait au scandale suite au maintien en liberté de prévenus ?

Ce débat éternel est devenu brûlant, et on peut se douter que la chaleur des projecteurs médiatiques ne vont pas favoriser sa bonne tenue.

Cuisine mobile : un oeuf cuit au cellulaire

Jeudi 9 février 2006

Imaginez un instant : il est minuit, une fringale vous tombe dessus. Tout ce que votre frigidaire a à vous offrir est un oeuf, et votre cuisinière est en attente de réparation. Comment faire pour manger votre oeuf autrement que cru malgré tout ?

Mobile egg cooking

Pour peu que vous disposiez de deux téléphones portables en état de fonctionner, il est possible de le faire cuire “coque” grâce à eux ! En tout cas, c’est ce que dit cet article

La méthode est assez simple. Pour résumer, il faut placer les deux téléphones de part et d’autre de l’oeuf (dans le coin de la pièce où le réseau est le plus faible, de façon à ce que le signal soit le plus fort), lancer un appel de l’un à l’autre et placer une radio en marche devant eux, de façon à leur faire envoyer des données en continu. Dans des conditions optimales, le temps de cuisson arriverait à descendre jusqu’aux trois minutes d’une casserole d’eau bouillante.

Bien sûr, c’est un didacticiel à prendre avec des pincettes. Les adeptes de thermodynamique pourront par exemple objecter qu’en considérant que :
- un oeuf pesant environ 50 grammes,
- 1 calorie est nécessaire pour augmenter la température d’1 gramme d’eau de 1 degré,
- 1 calorie = environ 4 joules,
- 1 joule = 1 watt-seconde,
- la température de la pièce étant de 20 degrés,
faire augmenter les 50 grammes de l’oeuf de 80 degrés (pour atteindre 100°C, température d’ébullition) demanderait donc environ 16000 joules, soit plus d’un heure d’exposition à deux transmissions continues de 2 Watts chacune.

La vérité est probablement située entre les deux versions. D’un côté l’oeuf n’a pas à bouillir dans sa coquille (et heureusement), mais de l’autre on imagine mal deux signaux aussi faibles fournir autant d’énergie que 750 cm² de contact avec une eau bouillante. Et puis, rien n’indique que la cuisson au cellulaire soit favorable au goût de l’oeuf : après tout, on est ici très proche du fonctionnement d’un micro-ondes, lequel, comme chacun sait, n’est pas connu pour bien traiter les oeufs !

L’article reste néanmoins une première dans les annales de la cuisine et sa lecture distrayante de par sa forme. Et il a le mérite de rappeler en filigrane qu’un téléphone portable émet des fréquences proches de celles de nos fours à micro-ondes, donc potentiellement dangereuses pour notre cerveau et ainsi qu’en l’absence de résultats d’études sérieuses à long terme sur la question, mieux vaut être prudent.