Archive pour 23 avril 2006

RIAA : la petite fille ne sera pas condamnée

Dimanche 23 avril 2006

Mon blog vous avait déjà raconté, à l’époque, la décision plutôt discutable de la RIAA en octobre dernier : la mère d’une petite fille ayant téléchargé de la musique via P2P ayant été déclarée inattaquable par la justice, l’association des éditeurs avait décidé (sans rire) d’attaquer la fille de 13 ans elle-même, pour piratage. Cette action faisait partie de la grande campagne de plaintes déposées par la RIAA afin de terroriser les méchants voleurs de musique en se montrant aussi intransigeant dans l’acte qu’aveugle dans le choix des proies.

Aujourd’hui, le juge du Michigan Lawrence P. Zatkoff, saisi de l’affaire, a réagi comme avec la mère : devant le peu de coopération de l’association des éditeurs, le juge a déclaré la plainte inexplicable, donc irrecevable. On ne peut qu’imaginer que les preuves ne devaient pas être véritablement sérieuses. Reste à savoir ce que va faire la RIAA maintenant : arrêter les frais ou persister dans le ridicule ?

[EDIT] Une news parallèle qui se fait le plaisir de répondre à ma question : la RIAA maintient une plainte déposée pour piratage de musique à l’encontre d’une famille… qui n’a pas d’ordinateur. James Walls, le père de la famille, dit avoir informé l’association du fait qu’ils ne disposent d’aucun ordinateur, et celle-ci a répondu en publiant une liste des chansons incriminées. Comme le suggère Walls, il se pourrait que les anciens occupants des lieux soient les réels coupables, lui et sa famille n’ayant habité dans sa maison actuelle que depuis moins d’un an. Ah, décidément, avec la RIAA, plus c’est gros, plus on est prêt à pousser loin !

Le brevet anti-anti-pub

Dimanche 23 avril 2006

Le concept de spot publicitaire impossible à zapper n’est pas nouveau : les utilisateurs des systèmes d’enregistrement automatique de programmes comme TiVo aux Etats-Unis en savent quelque chose : complètement libres au début de ne pas inclure les sempiternels clips marchands dans leurs émissions enregistrées, ils ont commencé à voir apparaître des pop-ups de réclame pendant leurs phases d’avance rapide jusqu’à ne plus pouvoir couper les tranches publicitaires du tout.

Aujourd’hui, une marque entend généraliser ce combat aux émissions non-enregistrées : Philips. Afin de rendre à la publicité la noble place qui lui revient (et que le président de TF1 nous décrivait si bien il y a un peu plus d’un an de cela), la société vient de déposer le brevet d’un système anti-zapping-pendant-la-pub pour les signaux broadcast. Profitant de l’adoption par de nombreux pays de la technologie de télévision interactive Multimedia Home System, Philips entend ainsi rendre les tranches publicitaires inzappables par le biais de signaux numériques rendant la télécommande inopérante à ces moments-là.

Pas folle, la firme enjoint tout de même à faire attention à la réaction des spectateurs, forcément négative et conseille ainsi de permettre le choix au spectateur entre ce système et le paiement d’une dîme les dispensants des vilains spots, ou à défaut de les prévenir par avance de leur impuissance face à eux. Autrement dit “payez pour ne pas sentir la dégradation du service” : on n’est pas bien loin d’une des multiples formes que peut prendre le racket numérique, à l’instar des services promettant une gratuité éphémère ou instaurant des conditions générales de ventes abusives sans en prévenir les bénéficiaires.

Qu’on se le dise, la publicité fait partie de la télévision et les producteurs tiennent à vous le rappeler par tous les moyens. Vous voulez vous aussi être un artisan de la télévision de demain ? Demandez à obtenir un brevet sur l’impossibilité de faire varier le volume sonore durant les bandes-annonces commerciales avant les films, sur le capteur d’attention qui déclenchera la séquence pub au moment où le spectateur sera le plus sensible au suspense, ou sur un système qui l’obligera à chanter les slogans publicitaires avant de passer au spot suivant… Il ne tient qu’à vous de contribuer à la révolution numérique télévisuelle !