Archive pour octobre 2008

Citation du jour - 3

Mercredi 29 octobre 2008

Le grand Asp Explorer dans ses oeuvres…

Johnny et sa f... voiture

Rappelons que Johnny Halliday, entre deux escapades belgo-suisses, a trouvé le temps de signer la pétition des 52 salopes artistes contre le téléchargement, car il estime ne pas retirer assez d’argent de son travail.

Il est vrai que sans le téléchargement, il aurait pu se payer une 599 au lieu de se contenter d’une pauv’430 comme un prolo.

CrossOver gratuit grâce à George Bush !

Mardi 28 octobre 2008

“Si les décisions de George Bush finissent par avoir un effet positif sur l’économie, nous offrirons gratuitement notre logiciel à tout le peuple américain !”

Tel était l’annonce formulée le 2 octobre dernier par CodeWeavers (en français “les tisseurs de code” - les geeks auront du mal à ne pas rigoler), un petit studio de développement de logiciels. Provocation évidente à l’égard de l’actuel président des Etats-Unis, le “concours” exigeait la réalisation d’un des cinq critères suivants :

    - réduire le prix de l’essence à 2,79$ le gallon
    - réduire le prix moyen du lait à 3,50$ le gallon
    - créer au moins un emploi net durant l’actuelle année calendaire
    - ramener le marché immobilier à son état du 1er janvier 2008
    - faire comparaître Ousama Ben-Laden devant la justice

Et figurez-vous que grâce à la crise financière et économique qui continue à sévir à l’échelle internationale, l’un de ces objectifs a été atteint. Lequel ? Il s’agit du premier. En effet, avec la baisse drastique provoquée par la chute de la demande des pays en récession et la remontée du dollar, l’essence a bel et bien baissé, aux USA comme en France.

Chose promise, chose due : le logiciel-phare de CodeWeavers, CrossOver (qui permet de faire tourner des logiciels pour Windows sur Mac OS et Linux de manière presque native), est donc gratuit pour toute la journée du 28 octobre 2008.

Je vous laisse savourer le communiqué officiel de ce résultat :

Mission Accomplie !… euh pardon, mince alors !

Mes chers compatriotes. Comme vous le savez probablement, le challenge que nous avons envoyé à notre Président a été relevé. Bien sûr, un de ses objectifs a été atteint de la plus mauvaise manière possible : en détruisant l’économie mondiale. Et même si c’est le Président Bush qu’il faut remercier/blâmer pour cela, je ne peux pas m’empêcher de me sentir personnellement responsable du plus grand effondrement financière depuis les années 30.

Comment aurais-je pu deviner que le Président prendrait mon défi tellement au sérieux ? Je pensais honnêtement qu’il n’y avait pas moyen pour lui de le relever. Mais mettre au point un tel scénario catastrophe, c’était du pur génie. J’ai clairement sous-estimé cet homme.

Je me sens honteux de l’avoir titillé de la sorte, et j’assume mon entière responsabilité pour l’éventuelle volatilisation des économies que vous possédiez avant la crise. En gage de mes excuses, nous vous offrons notre logiciel gratuitement.

P.S. : Si vous êtes sous Mac OS ou Linux, je vous conseille de télécharger ce logiciel. Je l’ai testé il y a quelques mois, et même s’il est loin d’être parfait, on aurait tort de s’en priver s’il est gratuit…

Citation du jour - 2

Vendredi 17 octobre 2008

Antoine Di Zazzo

“J’ai demandé à l’agence Dussaucy de me trouver l’adresse de Besancenot, que je ne parvenais pas à trouver, pour lui adresser mon assignation”

C’est ce qu’a osé affirmer aujourd’hui Antoine Di Zazzo, patron de Taser, pour tenter de justifier la mouise dans laquelle les récentes découvertes concernant le fichage d’Olivier Besancenot. Si la mauvaise foi n’était pas aussi patente, on eût dit de lui que c’est quelqu’un qui aurait plu aux shadoks…

Après tout, pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Pourquoi ne pas sortir le tank pour écraser un oeuf ? Pourquoi ne pas payer des milliers d’euros pour obtenir une adresse que La Poste, employeuse de Besancenot, aurait très bien pu donner, peut-être même par le biais de ses “pages jaunes” ?

XKCD, YouTube et les imbéciles

Samedi 11 octobre 2008

S’il est évident que tous mes lecteurs fréquentent régulièrement le site YouTube pour ses innombrables vidéos diverses et variées, je pense que seuls une minorité d’entre eux prennent le temps de lire les commentaires laissés par les autres spectateurs, et encore moins d’en écrire eux-mêmes. Il faut bien l’avouer, lesdits commentaires sont la plupart du temps absolument sans intérêt.

Cela dit, certains d’entre vous ont peut-être constaté que depuis plusieurs jours, la zone de rédaction des commentaires a gagné un nouveau bouton :

Les commentaires sur YouTube

A quoi sert donc ce “Audio Preview” ? Tout simplement à lire à haute voix le texte que vous avez saisi dans la zone de texte. L’idée est d’inciter l’internaute à y réfléchir à deux fois avant de poster des choses stupides, méchantes ou inutiles. L’effet psychologique est intéressant, car il n’est pas habituel de se voir retourner ses propos en pleine face lorsqu’on les écrit bien à l’abri derrière le confortable anonymat octroyé par l’internet.

Au moment où je me suis rendu compte de cette nouvelle fonctionnalité de YouTube, ça m’a rappelé confusément quelque chose que j’avais vu quelques jours auparavant, mais je ne savais pas quoi. C’est finalement SlashDot qui a répondu à cette interrogation en citant un article de Network World qui a apparemment été le premier à faire le rapprochement avec un épisode de XKCD, publié la semaine précédente. Un bel hommage en forme de reconnaissance de la part des webmasters de YouTube !

Pour ceux qui ne le connaîtrait pas encore, XKCD est un webcomic tri-hebdomadaire créé par Randall Munroe en 2005. Depuis lors, il est devenu un des webcomics les plus connus aux USA mais reste relativement confidentiel ailleurs. En France, il semble que seuls les personnalités à tendance geek le lisent régulièrement. Ce qui est logique, en un sens, car cette bande dessinée fait de nombreux emprunts à la culture geek, que ce soit en matière d’informatique mais également en sciences plus générales. Ces deux récents épisodes sont même très instructifs en plus d’être drôles.

Pour finir, je ne résiste pas à la tentation de vous montrer un des épisodes les plus connus de la série, qui permet à tout un chacun de répondre à la grande question “suis-je un geek ?” :

XKCD - sandwich

Verdict : si vous avez rigolé en lisant ceci, vous en êtes bien un. Et vous avez gagné le droit de lire cet épisode hilarant. Les autres pourront se rabattre sur ces deux planches très intructives.

Barroso repêche l’amendement 138

Lundi 6 octobre 2008

Avant-hier, j’émettais avec un taux d’assurance relativement élevé une réaction réaction du président de la Commission Européenne face à Nicolas Sarkozy, qui voulait enterrer l’amendement 138 du “paquet télécom”.

Cela dit, j’avoue que je ne m’attendais pas à ce qu’elle soit si rapide et si franche.

Bon anniversaire ! (bis)

Samedi 4 octobre 2008

Hélas, comme je l’avais subodoré, le cinquantième anniversaire de la promulgation de la Cinquième République n’aura guère mobilisé les médias. À part une interview de Jean-Louis Debré (pour ainsi dire le fils de son père) dans Le Monde, je n’ai rien vu à ce sujet dans le mainstream français.

Heureusement que les blogs et autres portails citoyens comme Agoravox sont là pour réparer ce triste état de fait : dans sa globalité, la France se moque bien de sa constitution et de ce que celle-ci représente. Pour vous donner une idée, même Google a plus de déférence que nous :

Ô tempora, ô mores…

Sarkozy veut enterrer l’amendement 138

Samedi 4 octobre 2008

Le fonctionnement des institutions et processus législatifs de l’Union Européenne ne sont pas faciles à comprendre et il est facile de se perdre devant le rôle et les pouvoirs qu’assument les différents organes de cette union.

Aussi, difficile au premier abord de savoir comment réagir face à cette news, qui raconte que Nicolas Sarkozy, en tant que président de l’Union Européenne, a envoyé à José Manuel Barroso, le président de la Commission Européenne, de retirer purement et simplement un amendement, pourtant adopté à 88% des voix du Parlement Européen, de la seconde version du “paquet télécom” qui sera à nouveau examiné par le Conseil de l’Union Européenne le 27 novembre prochain.

Pour tenter de faire simple : l’organe exécutif composé des représentants nationaux demande à l’autre organe exécutif, plus “fédéral”, de ne ternir aucun compte de l’avis quasi-unanime de l’organe législatif.

Pour ce que j’ai compris des rouages de l’Union, il semble que la manoeuvre soit parfaitement licite, et le conseil des ministres européens devrait donc examiner en seconde lecture une version épurée du texte, sans le fameux amendement 138, qui déclarait illégal toute privation d’accès à l’internet infligée à un citoyen sans demande officielle de la Justice.

Le camouflet était trop gros pour le président français, qui avait lui-même porté à bout de bras la loi Hadopi, aujourd’hui nommée “Création et Internet”, qui fait justement d’un tel pouvoir son fer de lance. Sarkozy a promis à l’industrie musicale qu’elle aurait sa riposte graduée pour Noël, et il est donc hors de question de laisser le peuple européen l’en empêcher.

C’est donc ici que tout un chacun devrait perdre ses illusions quant à la crédibilité de Nicolas Sarkozy en tant que démocrate européen. Pour que “sa” loi puisse passer sans problème au niveau national, il n’hésitera pas à user de son statut de président de l’Union Européene pour éliminer tous les obstacles… précisément la tendance contre laquelle tous les grands européistes ont toujours lutté.

Tout est-il donc perdu pour les anti-Hadopi ? Légalement, l’amendement 138 semble bel et bien condamné. Cela dit, un petit détail échappe peut-être trop rapidement à certains pessimistes. À l’instar des régimes dits démocratiques, le Parlement Européen n’est pas totalement dénué de ressources : il a notamment le pouvoir de remettre à l’ordre du jour l’amendement extirpé… voire de censurer la Commission Européenne.

Ce cher et habile José Manuel va donc se retrouver en portafaux entre un président de l’union frénétique et un parlement, seul à être directement élu par les peuples européen, qui ne va sans doute pas vraiment apprécier que ses avis soient ainsi négligés.

Un point partout, la balle au centre. Début du round 3 dans les prochaines semaines…

Légende manquante #4

Vendredi 3 octobre 2008

Prix : 4 250 000€
Acheteur : musée d’art contemporain de Troufflins-les-Bratules

Comme pour les trois éditions précédentes, tous mes lecteurs sont cordialement invités à participer en proposant une légende rigolote pour la photo proposée. Défoulez-vous !

Bon anniversaire !

Mercredi 1 octobre 2008

Notre société aime beaucoup à commémorer, à fêter les anniversaires, les multiples décaniversaires et centenaires. Pas un jour ne passe sans que les médias nous rappellent qu’une certaine année, à la même date, il s’est passé quelque chose d’important.

Pourtant dimanche dernier, il y aurait eu matière à fêter, ou du moins se souvenir. Un des principaux piliers de notre société française est né le 28 septembre 1958, il y a 50 ans. Vous voyez de quoi il s’agit ? Non ? C’est normal, je n’en ai rien entendu moi non plus, je n’ai appris cette date que ce matin.

Le 28 septembre 1958, donc, était adoptée par référendum national la Constitution de la Vème république. Notre République actuelle. Notre Constitution, base de toutes nos institutions. Jusqu’ici modifiée 24 fois par divers amendements, elle demeure un des seuls textes de loi à peu près accessible au non-juriste et j’en conseille la lecture à tout un chacun.

La Constitution de la Vème

Que tous nos politiciens, sans exception apparemment, aient omis cette date me semble bien lamentable. Espérons qu’ils retrouveront la mémoire le 4 octobre, date de sa promulgation…