Apple se la joue Microsoft

Naviguer ? Etes-vous sûr de ne pas préférer un safari ?

Samedi 22 mars 2008, 22h13

On se souvient encore de la polémique de l’été 2006 : Microsoft avait annoncé vouloir distribuer Internet Explorer 7 en tant que mise à jour critique de Windows XP, via le logiciel Windows Update. Même si Firefox avait déjà réussi à se faire une jolie place sur le marché des navigateurs web, les cicatrices de la guerre Microsoft-Netscape étaient encore loin d’être refermées. Ce procédé, qu’il fût perfide ou maladroit, ne montrait que trop bien l’inutilité des sanctions subies par Microsoft suite à au procès pour abus de position dominante. Le gouvernement américain l’avait lancé en pointant précisément du doigt l’intégration d’Internet Explorer au système d’exploitation Windows, lui assurant de facto l’adoption d’une énorme partie des utilisateurs de PC.

Apple, qui développe sur son propre navigateur Safari depuis plusieurs années, a l’an dernier décidé d’en faire profiter les utilisateurs de Windows. Jusqu’à maintenant, le logiciel étant en phase de beta-test, il fallait le télécharger et l’installer soi-même. Mais Apple a profité de la finalisation de la version 3.1, mardi dernier, pour en proposer l’installation aux les utilisateurs ayant activé le maintien à jour automatique d’iTunes :

Safari via Windows Update

Comme vous pouvez le voir, Safari y est présenté comme le navigateur le plus rapide et le plus facile à utiliser. On croirait presque entendre un speech de Steve Jobs. Personne ne s’attendait à une manoeuvre aussi audacieuse, qui ne manquera pas de faire des remous (qui ont déjà commencé du côté de Mozilla).

Il faut reconnaître que Safari pour Windows, depuis sa naissance, est un produit ambigu. Apple fait-elle de ce produit une fin en soi afin d’augmenter sa visibilité sur le marché des brouteurs, comme pour QuickTime, ou compte-t-elle sur lui pour amener plus d’utilisateurs vers le Mac, à la façon d’iTunes et de l’iPod ? Quoi qu’il en soit, au fil des mois et des annonces, Apple semble se déshiniber de plus en plus vis-à-vis du monde PC. Après les attaques publicitaires directes, voici que la pomme de Cupertino se met à vouloir retourner les procédés du géant de Redmont contre lui-même.

Reste que le procédé en question est, en effet, très discutable. Apple Software Update, comme son nom l’indique, est un outil de mise à jour, et non de distribution de nouveaux logiciels. Bien sûr, vouloir faire connaître d’autres produits à ses utilisateurs n’est pas un mal en soi, mais alors il faut éviter d’en provoquer l’installation par défaut, autrement dit que sa case ne soit pas déjà cochée. Je suis personnellement de ceux qui pestent régulièrement contre ces petits logiciels qui essayent, au moment de leur installation, de vous fourguer au passage leur toolbar ou autre gadget inutile en exigeant de vous une démarche active pour que ce ne soit pas le cas. J’ai tendance à rapprocher ce genre de manoeuvre des celles utiilisées par les sites web qui profitent de la crédulité des utilisateurs imprudents pour installer des malwares à leur insu.

Le summum de la malveillance aurait été que l’installeur en question fasse de Safari le navigateur par défaut, ce qui semble pas être le cas. Le pire est donc évité, mais il n’empêche qu’Apple prend ici un risque, surtout en ces temps où la paranoïa gagne peu à peu du terrain dans le monde troublé du PC sous Windows.

Ceci m’offre d’ailleurs une jolie transition vers une autre news, dont je vous ferai part demain.

4 commentaires pour “Apple se la joue Microsoft”

  1. Hellkeeper France dit :

    Hoho, j’espère que tu ne m’en voudra pas mais je vais utiliser cette news pour divaguer un peu de manière presque pro-microsoft, en ne traitant que peu du sujet de ton billet :)

    Bien que je n’ai rien contre Apple, je trouve quand même relativement insupportable de voir Ms se manger des amendes dans la figure pour intégrer Windows media player à son OS quand Apple n’a aucun procès pour Itunes et ses suites. De la même façon, Critiquer l’implémentation de IE dans Windows devrait être mis sur le même plan que l’implémentation de Safari dans MacOS. Et puis si Il n’y avait pas de navigateur par défaut sur l’OS, comment aller sur le net en télécharger un autre ? Bref, même pour les utilisateurs de Safari ou de Firefox, C’est un mal pour un bien.

    Quand on voit des statégies comme celle-ci de la part d’Apple, on se demande bien pourquoi eux n’ont pas le droit de comparaitre devant un jolie tribunal devant un gentil jury qui leur infligera les mêmes amendes. Est-ce parce que Microsoft n’est pas entouré de la mêm ‘hype’ qu’eux ?

    Enfin, sans être conspirationiste, il y a quand même une belle injustice là dessus. Je n’en blame pas Apple d’ailleurs, je blame plutôt ceux qui tombe à bras raccourcis sur Microsoft quand ils font des trucs plutôt… Légitime.

  2. Tût-tûûût France dit :

    À propos du billet de Celeri :
    C’est vrai que ce genre de coup bas (nommons les choses comme elles sont) de la part d’Apple est assez risqué, quand on sait que nombre de switchers potentiels sont fatigués des mises à jour pourries et des innombrables gadgets difficiles à éviter de windows…
    Gageons qu’ils ne continueront pas sur cette voie, d’une ça m’inquiète un peu et de deux ça me fait perdre des arguments contre les gens qui aiment pas les macs -_-

    À propos du commentaire de Hellkeeper :
    Y’a quand même un truc que je reproche au duo Windows-IE que je ne reproche pas à MacOS-Safari : c’est le fait que, quand on a un autre navigateur par défaut (mettons Firefox)… IE se lance quand même spontanément dans certaines situations (et pas seulement quand on utilise le messenger windows). Impossible de s’en défaire. Sous MacOS X, quand Firefox est le brouteur par défaut, c’est lui qui broute tant que tu ne lances pas safari.
    J’ajoute que si le windows media player était léger, stable et simple d’utilisation, ça ne me dérangerait pas qu’il soit le lecteur par défaut sur le PC familial.

  3. Hellkeeper France dit :

    Pour l’utilisation de la mémoire, je te l’accorde, WMP est gourmand. Par contre, j’utilise la version 11, et je ne l’ai jamais vu planter (enfin si, une fois, je tuais les processus et j’en suis arrivé à svchost, mais là il n’est pas le seulà avoir rendu l’âme), et je le trouve bête comme choux à utiliser.

    Pour IE, certes, dur dur de s’en défaire une fois qu’on utilise autre chose. Par contre, je ne sais pas si c’est toujours le cas sous Vista où il est plus séparé de explorer.exe, mais effecitvement, tu as raison.

    Oh, et je dit cela sans être un MS-fanboy, personellement, je met tout le monde d’accord en utilisant Opera :)

  4. Celeri France dit :

    Hellkeeper, n’oublie pas un détail essentiel : Microsoft ne se prend pas des amendes pour cause de pratiques douteuses ou de monopole, mais parce que… les deux mon capitaine ! “Abus de position dominante” signifie concrètement mettre en place des méthodes anti-concurrencielles lorsqu’on est le leader d’un marché, ce qu’Apple n’est pas, du moins dans le domaine des ordinateurs.

    Cela dit, il est tout à fait vrai que le monde Mac est un monopole à sa façon, et qu’Apple cultive une politique d’ouverture pour le moins ambivalente. A ce sujet, je recommande vivement la lecture de cet article de Wired, passionnant et instructif.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.