Cuisine mobile : un oeuf cuit au cellulaire

Désolé les jeunz, ça marche pas encore avec les SMS…

Jeudi 9 février 2006, 23h15

Imaginez un instant : il est minuit, une fringale vous tombe dessus. Tout ce que votre frigidaire a à vous offrir est un oeuf, et votre cuisinière est en attente de réparation. Comment faire pour manger votre oeuf autrement que cru malgré tout ?

Mobile egg cooking

Pour peu que vous disposiez de deux téléphones portables en état de fonctionner, il est possible de le faire cuire “coque” grâce à eux ! En tout cas, c’est ce que dit cet article

La méthode est assez simple. Pour résumer, il faut placer les deux téléphones de part et d’autre de l’oeuf (dans le coin de la pièce où le réseau est le plus faible, de façon à ce que le signal soit le plus fort), lancer un appel de l’un à l’autre et placer une radio en marche devant eux, de façon à leur faire envoyer des données en continu. Dans des conditions optimales, le temps de cuisson arriverait à descendre jusqu’aux trois minutes d’une casserole d’eau bouillante.

Bien sûr, c’est un didacticiel à prendre avec des pincettes. Les adeptes de thermodynamique pourront par exemple objecter qu’en considérant que :
- un oeuf pesant environ 50 grammes,
- 1 calorie est nécessaire pour augmenter la température d’1 gramme d’eau de 1 degré,
- 1 calorie = environ 4 joules,
- 1 joule = 1 watt-seconde,
- la température de la pièce étant de 20 degrés,
faire augmenter les 50 grammes de l’oeuf de 80 degrés (pour atteindre 100°C, température d’ébullition) demanderait donc environ 16000 joules, soit plus d’un heure d’exposition à deux transmissions continues de 2 Watts chacune.

La vérité est probablement située entre les deux versions. D’un côté l’oeuf n’a pas à bouillir dans sa coquille (et heureusement), mais de l’autre on imagine mal deux signaux aussi faibles fournir autant d’énergie que 750 cm² de contact avec une eau bouillante. Et puis, rien n’indique que la cuisson au cellulaire soit favorable au goût de l’oeuf : après tout, on est ici très proche du fonctionnement d’un micro-ondes, lequel, comme chacun sait, n’est pas connu pour bien traiter les oeufs !

L’article reste néanmoins une première dans les annales de la cuisine et sa lecture distrayante de par sa forme. Et il a le mérite de rappeler en filigrane qu’un téléphone portable émet des fréquences proches de celles de nos fours à micro-ondes, donc potentiellement dangereuses pour notre cerveau et ainsi qu’en l’absence de résultats d’études sérieuses à long terme sur la question, mieux vaut être prudent.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.