Finalement, il n’y a pas qu’en France…


Vendredi 6 mai 2005, 11h57

Pour faire écho à ma note d’hier, je vous invite à suivre ce lien :

Le mot du Maire de Montréal

Comme l’indique l’avertissement en haut des pages “Se sit s’adrês o pêrsone ki on dê z’inkapasité intélêktuêl .”

Je n’ai bien sûr rien contre les moyens mis en oeuvre d’une manière générale pour aider les gens handicapés ou en difficulté. Mais là, on tombe dans l’insultant en plus du ridicule.

Je conçois qu’on puisse avoir du mal à lire l’orthographe d’une langue. Mais je suis convaincu que faire un tel massacre à la gloire de la seule phonétique est une insulte à l’esprit des lecteurs, car ça revient à assumer leur impossibilité de communiquer autrement qu’en parlant.

Autant la partie “texte simplifié” est une bonne initiative, autant celle de “l’ortograf altêrnativ” est proche de l’abject. On n’aidera sûrement pas les gens en difficulté en rabaissant la langue à un tel niveau. Le bon principe, pour rendre une langue plus accessible, est celui d’amener à elle ceux qui ne peuvent la parler, et non de la tirer vers le bas.

Prochaine étape, le langage SMS ?

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.