Le brevet anti-anti-pub

Tu veux zapper ? Regarde les pubs d’abord !

Dimanche 23 avril 2006, 0h26

Le concept de spot publicitaire impossible à zapper n’est pas nouveau : les utilisateurs des systèmes d’enregistrement automatique de programmes comme TiVo aux Etats-Unis en savent quelque chose : complètement libres au début de ne pas inclure les sempiternels clips marchands dans leurs émissions enregistrées, ils ont commencé à voir apparaître des pop-ups de réclame pendant leurs phases d’avance rapide jusqu’à ne plus pouvoir couper les tranches publicitaires du tout.

Aujourd’hui, une marque entend généraliser ce combat aux émissions non-enregistrées : Philips. Afin de rendre à la publicité la noble place qui lui revient (et que le président de TF1 nous décrivait si bien il y a un peu plus d’un an de cela), la société vient de déposer le brevet d’un système anti-zapping-pendant-la-pub pour les signaux broadcast. Profitant de l’adoption par de nombreux pays de la technologie de télévision interactive Multimedia Home System, Philips entend ainsi rendre les tranches publicitaires inzappables par le biais de signaux numériques rendant la télécommande inopérante à ces moments-là.

Pas folle, la firme enjoint tout de même à faire attention à la réaction des spectateurs, forcément négative et conseille ainsi de permettre le choix au spectateur entre ce système et le paiement d’une dîme les dispensants des vilains spots, ou à défaut de les prévenir par avance de leur impuissance face à eux. Autrement dit “payez pour ne pas sentir la dégradation du service” : on n’est pas bien loin d’une des multiples formes que peut prendre le racket numérique, à l’instar des services promettant une gratuité éphémère ou instaurant des conditions générales de ventes abusives sans en prévenir les bénéficiaires.

Qu’on se le dise, la publicité fait partie de la télévision et les producteurs tiennent à vous le rappeler par tous les moyens. Vous voulez vous aussi être un artisan de la télévision de demain ? Demandez à obtenir un brevet sur l’impossibilité de faire varier le volume sonore durant les bandes-annonces commerciales avant les films, sur le capteur d’attention qui déclenchera la séquence pub au moment où le spectateur sera le plus sensible au suspense, ou sur un système qui l’obligera à chanter les slogans publicitaires avant de passer au spot suivant… Il ne tient qu’à vous de contribuer à la révolution numérique télévisuelle !

Un commentaire pour “Le brevet anti-anti-pub”

  1. Hellkeeper France dit :

    Eencore un peu de morale qui s’évanouit. Voilà ce que nous réserve la télé de demain, des programmes dénués d’intérèt, de qualité, et coupé toute les 7.5 minutes par un quart d’heure de pub inébitable (même en éteignant la machine, l’appareil restant sous tension jusqu’à la fin des spots).

    >> J’ai une vision assez semblable de ce vers quoi la télévision semble se diriger. Toute la question est, selon moi, de savoir si (et, le cas échéant, combien de temps) les gens suppoteront ça sans broncher. Certes, la télé anesthésie assez efficacement, mais avec une qualité en baisse constante en parallèle d’une augmentation des contraintes et des prix, ça finira forcément par lasser. Espérons que ça incitera les gens à redécouvrir des occupations plus constructives…

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.