Le criminel à la caméra


Mardi 9 août 2005, 12h22

Le 30 juin dernier, aux Etats-Unis, un petit malin qui avait filmé avec son caméscope la séance cinéma des films “Bewitched” (Ma sorcière bien-aimée) et “A Perfect Man” dans le but de les distribuer sur les réseaux P2P a eu la malchance de se faire pincer.

A présent qu’il existe une loi fédérale interdisant un tel acte, ce sinistre malfaiteur va pouvoir être jugé pour cet acte atroce que celui de léser les magnats du cinéma hollywoodien, ainsi que pour un bien étrange chef d’accusation de “conspiration”. Et on sait désormais aussi ce qu’il risque : 17 ans de prison !

Pour donner un ordre d’idées, c’est à peu près ce que risquent en principe les grands trafiquants et contrebandiers, certains meurtriers ainsi que les violeurs d’enfants, dans ce même pays où le piratage est devenu un crime. Fin 2002, la chef d’une organisation mondiale de vente de logiciels piratés avait écopé d’une peine de 9 ans de prison. Admirez l’escalade en moins de trois ans !

Comme pour se justifier, les autorités ont prétendu que le vilain pirate voulait vendre ces vidéos et non les distribuer gratuitement. Mais on ne peut que se poser des questions en se rendant compte qu’il est plutôt difficile de faire payer les gens par P2P et que les deux films piratés ont fait un flop retentissant au box-office.

Allez, c’est au tour des majors du disque maintenant… bientôt la peine capitale pour un CD copié sur son baladeur MP3 ?

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.