Parti Saoulant

Ne lisez pas cette note, elle parle de politique

Dimanche 25 mars 2007, 18h10

Sachez que je n’aime pas afficher mes convictions politiques là où elles ne sont pas utiles ou pas les bienvenues. Cela fait longtemps que je sais que le coefficient d’écoute des gens a une nette tendance à diminuer quand on cherche à exposer ses idées, même sans intention particulière de convaincre, simplement pour débattre, voire seulement discuter.

Sachez aussi que je m’étais promis de ne pas en faire état sur mon blog puisque, même si elles n’y sont pas malvenues car j’y suis chez moi, je ne pense pas qu’elles soient bien utiles vu le sujet de base auquel ce blog se rattache.

Mais depuis quelques temps, je bouillonne devant la pitoyable équipée à laquelle on assiste tous les jours et à toute heure. Je ne sais pas si c’est parce que c’est la première campagne présidentielle à laquelle je m’intéresse vraiment, mais elle me semble porter tout ce qu’on peut redouter en termes d’approximation et de bassesse.

Et à ce petit jeu, j’accorderai volontiers la palme au PS. Je ne pense pas être un grand libéral, j’ai toujours été pour la protection des faibles, dans la mesure où on cherche à leur donner ce qu’il faut pour en sortir et non simplement de survivre, ce qu’une vraie politique se voulant sociale devrait toujours chercher à faire selon moi. Je vois le libéralisme comme favorisant la responsabilité individuelle, en plus d’être acutuellement incontournable, mais avec des effets pervers à maîtriser. Je ne sais pas s’il s’agit d’une utopie, mais je crois à une forme raisonnée de libéralisme qui implique une solide éducation de chaque individu pour lui permettre d’être libre et indépendant. Une position plutôt centriste, à ce qu’il paraît. Mais sachez bien je n’ai rien a priori contre un “parti socialiste” et suis même de l’avis que ce courant doit exister pour alimenter le débat.

Le problème est que le PS, dans son état actuel, n’est à mes yeux qu’un ramassis de croûtons qui s’accrochent à l’idée du pouvoir par pure ambition personnelle et revanchardise. Ce qui me fait tout particulièrement exploser aujourd’hui est une phrase lancée par Lionel Jospin , mais c’est parce qu’elle sert d’exemple à toute une série de . Je cite :

[François Bayrou] n’est pas une solution, il est un problème. Il créerait d’ailleurs sans majorité un véritable problème, une crise politique, et de toute façon, il vient de la droite, il n’y a aucune raison qu’il soit au second tour.

Mesdames et messieurs, en une seule phrase vous avez là réunis tous les faux arguments développés par la gauche, dans toute leur splendeur fallacieuse et dans sa prétention de tout savoir. Et ne parlons pas de cette référence au passé d’un homme politique qui, venant d’une personnalité au passé disons “trouble” comme Jospin, prête à sourire.

Sans plus aucun état d’âme, je me dois aujourd’hui d’annoncer que l’attitude du PS et de ses dirigeants me donne envie de vomir. D’une part parce qu’ils portent avec eux une candidate qui, je pense, n’est pas capable de faire autre chose que la girouette à période oscillatoire approchant parfois les deux ou trois jours. Et d’autre part parce que, et là je constate, tout leur argumentaire contre les autres candidats n’est qu’un ramassis d’approximations irritantes et d’attaques personnelles écoeurantes.

Je n’ai pas envie de me lancer dans un contre-argumentaire point par point, mais plutôt de dire pourquoi je suis très inquiet pour la France à l’aube de cette nouvelle présidence : qui, parmi les français et les politiciens, comprend encore réellement le rôle d’une élection présidentielle ?

Arrêtez-moi si je me trompe, mais si j’ai bien compris l’esprit originel de la cinquième République, l’élection de son Président est avant tout celle d’un homme (ou une femme) auquel le peuple offre un mandat pour représenter la France et mettre en place sa gouvernance. Les mots sont importants : on élit une personne, pas un groupe, pas une équipe. Le peuple doit voter en faveur d’une vision, une stratégie pour le pays, pas des programmes élaborés par des collectifs au doigt mouillé, en fonction des sondages. Et il ne doit pas non plus voter pour le candidat représentant son parti, par principe. Justement parce que les parti n’ont rien à voir là-dedans.

Et puis, rien de plus contraire à l’esprit républicain que cette idée de “vote contestataire” que prônent certains, même si c’est une position qu’on peut comprendre étant donné que le vote blanc n’est toujours pas considéré comme autre chose qu’un vote nul. Un bel exemple de changement facile à opérer et qui pourrait apporter beaucoup à l’intérêt général, mais qui ne trouve jamais sa place dans les débats électoraux… On a les institutions qu’on mérite.

Naïf, le Celeri, croyez-vous ? Cela fait longtemps que je me le demande moi-même et que je réfléchis à ce qu’ont voulu les fondateurs de la république. Et je pense que les programmes et les promesses ont bien voix au débat, mais au moment des législatives. C’est à cette occasion que les français doivent donner véritablement une couleur à leurs avis, chaque point de programme ayant un écho différent selon la géographie. Mais l’autorité et la vision du Président, une fois désignée, ne doit pas être débattue. Un candidat, avec sa vision de la France, est amené au pouvoir (ou en est écarté) par un peuple qui fait confiance (ou pas) à sa stratégie, et le peuple doit assumer son choix.

Comment donc réagir autrement que par l’indignation devant l’importance apparemment transcendante des programmes électoraux, alors que les présidentielles sont avant tout une occasion d’exprimer un goût, une confiance, une invitation à représenter le pays ? Comment ne pas se sentir insulté, en tant que citoyen, quand les seules choses que sont capables de répéter des politiciens, qui ont pour la plupart largement contribué à l’avénement des crises actuelles, ne sont que promesses en l’air et dénigrement des autres ?

Monsieur Jospin et autres politicons qui avancez ce minable argument de crise politique à venir, n’avez-vous donc pas compris que c’est le peuple qui décide, et que s’il exige que tout le monde travaille ensemble, vous serez bien obligé de respecter cette volonté ? La seule chose vraie dans ce que vous dites est qu’il y aura toujours une majorité et une opposition : dans le cas d’une coalition nationale, ça serait une majorité de volontaires et une opposition de réfractaires à l’effort. Considérant votre côté obtus clairement exprimé par votre lapidaire “la droite et la gauche ne pourront jamais travailler ensemble”, je vous vois très bien dans cette une telle opposition. Mais mon côté optimiste me dit que vos positions changeraient bien vite si ça devait arriver… tout le monde connait la puissance de l’appel des postes haut placés.

Cette note, vous l’aurez compris, n’a pas pour but de défendre un candidat particulier, mais de pointer du doigt les errements d’un grand nombre de figures politiques qui n’hésitent pas à dénaturer l’esprit de la République pour masquer le manque d’arguments tangibles en faveur du candidat qu’ils défendent. Et dans le style, à l’heure actuelle c’est le PS qui est champion.

2 commentaires pour “Parti Saoulant”

  1. Tomers France dit :

    Je ne suis pas certain que dans le denigrement le PS soit bien plus champion que l’UMP, ou d’autres.

    Le genre de phrase sur Bayrou et la “crise politique” à venir si il était élu, ça s’entend aussi à droite.
    “la droite et la gauche ne pourront jamais travailler ensemble” combien pense la même chose de l’autre bord?

    C’est de toute façon à cela que revient une election presidentielle. C’est du dénigrement à tire la rigaud, c’est de dire que l’autre va vous amener au fond du gouffre, alors voter pour moi. Les attaques personnelles se font dans les deux camps, ce n’est clairement pas une specialité de la gauche. Quand vous dites : “tout leur argumentaire contre les autres candidats n’est qu’un ramassis d’approximations irritantes et d’attaques personnelles écoeurantes”. Honnetement, il ne faut pas être trop naïf, quand on fait campagne, on ne laisse pas la nuance s’installer, on fait de la critique avec le rouleau, pas avec le pinceau à maquette. Alors les approximations et les oublis volontaire, c’est completement fait expres.
    Et puis, du dénigrement, nous en faisons tous, alors pourquoi vouloir que nos hommes et femmes politiques soit bien au dessus de ça.

    Je pense que l’esprit de la Ve republique, c’est plutot le pouvoir au chef pour mettre en place la politique qu’il souhaite.
    Donc le but au final, c’est d’élire le representant d’un parti, et d’obtenir que son partie obtienne la majorité au parlement pour mettre en place la politique (ses idées, ses projets d’avenir, etc…). En bref, si Sarkosy est élu president, et que c’est la gauche qui est majoritaire à l’assemblé, je ne vois pas comment il mettra en place sa vision.
    Avoir une vision, c’est necessairement faire des choix, faire des choix c’est faire des propositions, faires des propositions, c’est créer un programme. Sincerement, pour lire souvent les tracts qui sont envoyés la semaine precedent les élections, on arrive tout de même à distinguer la vision du candidat, sans trop devoir lire entre les lignes.
    Et puis il faut arreter tout de même, depuis quand le parlement donne de la couleur à la politique du president?
    Au parlement, les membre d’un partie vote comme un seul homme, si il y a des consignes, presque tout le monde les respecte. Ca ne rime a rien. La couleur de la politique du president est donné uniquement, par la couleur majoritaire à l’Assemblée, et c’est sans nuance.

    P.S: “La seule chose vraie dans ce que vous dites est qu’il y aura toujours une majorité et une opposition : dans le cas d’une coalition nationale, ça serait une majorité de volontaires et une opposition de réfractaires à l’effort.”
    Vous voyez, vous aussi vous faites dans l’approximation. Vous ne savez rien de pourquoi les gens ne se ralierait pas à la coalition nationale, et hop, il passe dans le rang des réfractaires à l’effort. Cela ne ressemble pas à du dénigrement?

    >>Ma conception d’une coalition nationale est peut-être un poil utopique, et ma phrase un chouïa provocatrice. Il faut dire que devant tant de mauvaise foi de la part de ceux qui prétendent que jamais ils ne participeraient à une tel gouvernement, on ne peut qu’avoir envie de grossir le trait.

    Nous sommes bien d’accord sur le rôle des partis et de leur influence sur les votes du parlement. Une réhabilitation de ce parlement, que plusieurs candidats prônent, passe nécessairement par plus d’indépendance de ses membres, puisque ce n’est pas leur parti qui les élit, mais des citoyens d’une zone géographique.

    Merci pour ton commentaire (comme pour les précédents d’ailleurs). Juste un tout petit détail en passant, l’orthographe de l’expression “tire-larigot”, que je me permets de signaler vu qu’on la trouve très souvent mal écrite ;-)

  2. Tomers France dit :

    Pour en revenir sur l’Assemblée, je suis souvent dur avec les députés (cf un message precedent), mais il faut aussi se mettre à leur place.
    Les affectations sont effectués par les parties. Or, si l’on se fait remarquer pour voter differement, c’est pas forcement facile de se faire reconduire, sachant que l’on peut toujours parachuter quelqu’un de plus connu a sa place (methode arrivant souvent tout de même, surtout lorsque quelqu’un n’est plus sure de gagner dans la circonscription ou il est, d’ailleurs, cela devrait être interdit). Et puis, si on a un peu d’ambition dans le partie, on ne va pas forcement voter comme on le souhaite.

    Personellement si je devais faire une reforme institutionnel, ce serait celle des deux assemblées (Nationale, et le Senat).
    J’avais certaines idées de réforme, mais je n’arrive pas a trouver la solution pour eviter qu’il vote tous comme des moutons.
    Malheureusement, je pense que lorsque Villepin a dit que les députés étaient des connards, il avait pas forcement tord. Et pourtant j’essaye souvent de me montrer mesuré dans mes propos. (ils ne le sont pas tous)

    Ah, aussi, un autre truc que je ferais, c’est que j’interdirais purement et simplement le cumul des mandats. J’ai du mal a concevoir que l’on puisse être ministre et faire autre chose, c’est un boulot a plein temps, et ça en laisse pour les autres. C’est peut être avec ce genre de personne que l’on manque de renouvellement en politique, car quand tu fais trois boulot, tu empeches deux autre personne de le faire. Je sais, materiellement, il délegue, mais c’est eux dont le nom revient, les autres sont les hommes (ou femmes) de l’ombre. Et puis, au moins cette mesure fera plaisir aux enfants de politicien cumulards, ils pourront enfin voir papa (ou maman, même si c’est encore minoritaire) en dehors de la télé.

    Enfin, bon, c’est un sujet ou je m’emporte facilement, donc je vais arreter là.

    Merci pour la rectification de l’orthographe de “tire-larigot”, c’est une expression que j’emploie souvent à l’orale, mais jamais a l’écrit, car je ne sais jamais comment cela s’écrit. D’habitude, j’utilise un synonyme, mais la, j’ai écrit le message un peu vite, alors j’ai oublié.
    Et puis merci de ne pas signaler les inombrables autres fautes que je fais ;)

    >> Pas d’inquiétude, ce n’est pas quelque chose que je fais si on ne me le demande pas. “à tire-larigot” est une expression idiomatique et son orthographe ne peut pas se deviner sans une culture spécifique. C’était juste ma minute “Koman sa sécri” du jour ;)

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.