Publicité (quasi) gratuite grâce aux satellites

Ta mère en short sur Google Maps

Mardi 17 janvier 2006, 13h33

L’engouement des services modernes proposés par Google est un terreau naturel aux idées mercantiles de tous bords. Et ces derniers jours, c’est Google Maps qui commence à être utilisé pour générer de la publicité. Comme vous le savez probablement, il s’agit du service de cartographie satellite que propose la firme, sous la forme d’un site web, Google Local, et d’un logiciel Google Earth, ce dernier étant, il faut le reconnaître, assez bluffant par ses capacités et l’étendue de ses données.

Un moyen déjà connu, puisqu’officiel, est d’ajouter les coordonnées de sa boutique directement sur le site de Google, ce qui passe par une procédure assez simple. On peut ainsi référencer son activité sur les cartes de Google qui les mettra en évidence par de petites icônes sur les cartes schématiques. Petit exemple illustratif : vous cherchez une pizzéria à New York ?

Autre astuce, plus récente : comme ces images satellite sont mises à jour régulièrement (mais avec une fréquence variable selon la densité des lieux), des commerçants malins ont commencé à peindre leur logo sur leur toiture afin d’être visibles sur les images satellite, comme par exemple ce Target Store basé non loin de l’aéroport international de Chicago. Coût de financement : du matériel de peinture et éventuellement un peintre professionnel… autrement dit presque rien.

Une zone étant, en général, surtout “visitée” par ses propres riverains, ce nouveau type de publicité a donc un impact potentiel très fort de par sa proximité. Et si l’ajout de références sur les cartes de Google fait l’objet de contrats publicitaires (comme pour les liens sponsorisés sur les pages de recherche web, par exemple), l’astuce des toitures peintes, elle, a tout d’une nouvelle forme de “publicité sauvage”. Demander de l’argent à ces carto-squatteurs ne sera probablement pas chose aisée, surtout depuis que des concurrents comme Microsoft proposent des services d’imagerie similaires… à qui le fruit du sponsoring ?

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.