II-09 (26/01/2003) : SACEM… et ça récolte


Voici un épisode des aventures de M. Azerty, que je vous propose de découvrir en exclusivité…

Septembre 2003, quelque part en France. M. Azerty allait d’un pas serein faire quelques courses en ville. Fraîchement revenu de plusieurs mois de villégiature sabatique passés en de lointaines îles et accompagné de son seul ordinateur portable (son entretien ne coûte que quelques sous d’énergie électrique, lui), il allait bientôt être à court de CD-R. Tout ce qu’il avait fait de son portable ces derniers temps avait comme un besoin urgent de sauvegarde.

Après quelques achats, dont celui d’un disque de musique récemment sorti, il entra dans sa boutique d’informatique préférée, il examina les offres disponibles en rayon. Etonné de ce qu’il y vit, il s’adressa au vendeur qu’il connaissait le mieux, lequel sembla heureux de le revoir.

- Comment se fait-il que les packs de CD-R soient plus cher qu’il y a six mois ? Il y a pénurie ?
- Oh non, monsieur.
- Il y a monopole, alors ?
- Non non.
- Alors quoi ?
- C’est la SACEM. Comme beaucoup de gens copient leurs CD Audio et que les ventes diminuent, ils ont décrété que les CD-R devaient être taxés de façon plus forte qu’avant..
- Ah…

Un peu dépité, M. Azerty ne repartit pas avec son spindle habituel. Il avait calculé trop juste, sans imaginer la surtaxe qui était maintenant en vigueur.

C’est un peu après être rentré chez lui qu’il se dit qu’après tout, il ferait peut-être mieux d’acheter un disque dur. C’est réinscriptible à volonté, plus rapide, et on n’a pas à jongler avec plusieurs médias. De plus, les prix avaient sûrement bien baissé depuis qu’il avait acheté son portable, ce que lui confirma un de ses amis internautes très à la pointe de l’actualité info-commerciale asiatico-parisienne qui lui donna un prix alléchant pour un modèle à sa convenance. Il se rendit à nouveau à sa petite boutique et demanda le modèle en question. Et pour la seconde fois, au moment de faire fonctionner le portefeuille, il crut mal comprendre.

- Tant que ça ? Je pensais ce modèle moins cher ! Le fabriquant a décidé d’augmenter ses marges ?
- Non, monsieur, c’est la SACEM. Comme beaucoup de gens stockent des musiques sur leur disque dur et se les échangent en utilisant des racks, il a été décidé au début du mois dernier qu’on taxerait aussi les disques durs.
- Bigre. Et ça concerne tous les modèles ? Et même si je n’ai pas de musique chez moi ? C’est que je développe du logiciel libre et que j’ai besoin de sauvegarder beaucoup de fichiers-sources et de paquetages.
- Pas de distinction, monsieur.

Ce jour-là aussi, M. Azerty avait donc vu trop juste et rentra les mains vides.

Quelques temps plus tard, à la faveur d’une discussion avec un ami cybernaute qui lui vanta les mérites de son abonnement haut débit à un prix très intéressant, M. Azerty décida de mettre son vieux modem au placard. Il contacta alors le fournisseur d’accès recommandé. Et il eut une nouvelle surprise en découvrant un prix supérieur à ce que lui avait été avancé. Il demanda si les prix avaient augmenté récemment.

- Oui, monsieur, conformément à la loi votée le mois dernier, sous l’impulsion de la SACEM, qui concerne les abonnements Internet à haut débit et les disques durs de micro-ordinateurs.
- Et si je ne télécharge pas de musique ?
- Il a été décidé que ce serait une indemnité forfaitaire mensuelle pour tout abonné français.

M. Azerty se retrouva au final sans CD-R ni disque dur, ni abonnement internet à haut débit. La désagréable sensation d’être pris pour une vache à lait officiant gracieusement pour le compte d’un organisme opaque mais prétendant favoriser la créativité française était la plus forte. En effet, pendant qu’il téléphonait, l’épisode journalier de la troisième saison de Star Academy venait de commencer. Quelle tête ferait-il quelques instants plus tard, lui qui souhaitait pouvoir écouter son nouveau disque au bureau sans pour autant devoir l’y amener et risquer de se le faire voler, en s’apercevant que ce dernier est impossible à copier ?

Et bonjour chez vous !